Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes trois premiers pas

C'est le 23 octobre que tu aurais prononcé cette phrase si tu avais parlé au lieu de développer tes capacités motrices en premier. Car il paraît que c'est l'un ou l'autre, l'enfant parle ou marche mais il ne peut développer en même temps les deux compétences. Ah bon. Bref, en tout cas cela fait depuis Nice que tu as commencé à ramper... en arrière, et un mois plus tard tu as rampé vers l'avant, de plus en plus vite, et après avoir parfaitement maîtrisé cette étape, tu as commencé à caboter en t'appuyant aux meubles TV et aux canapés... ensuite, depuis ton anniversaire très exactement, tu as commencé à te déplacer avec la petite voiture rose que mamie a eu la géniale idée de t'offrir.

Il te fallait faire des aller-retours dans notre mince couloir le matin avant de partir chez la nounou. C'était toujours pour moi un désespoir de devoir mettre fin à cet exercice que tu prenais manifestement très au sérieux, surtout pour aller te livrer à cette "inconnue" avec laquelle tu allais passer tes journées loin de moi. Mais très vite, tu t'es mise à pousser ta voiturette par sa poignée arrière et à pousser ton trotteur. Maman est assez fière d'elle d'avoir suffisamment lu de documents grâce à l'Internet pour savoir que ce dont me parlent encore quelques parents mal informés et qu'on appelle youpala est la pire chose que nous pourrions avoir eu l'idée de t'acheter. Non, tu n'auras jamais eu cette invention de malheur qui fragilise les membres inférieurs et cause apparemment des faiblesses ultérieures des ligaments au niveau du tendon d'Achille, cet objet absurde responsable de bien des accidents car bébé enfermé dedans ne peut pas en sortir même s'il a conscience d'un danger arrivant tel des marches ou tout simplement s'il en a envie. Je ne veux pas te voir faire semblant de marcher assise, les jambes arquées, faisant un mouvement pour lequel tu ne serais pas encore prête et battant de tes frêles jambes dans un mouvement tout sauf naturel, dans l'indifférence ignorante des adultes amusés... Et je crois toujours que j'ai eu raison de m'ériger contre ce fameux youpala interdit dans bien des pays du Nord, tel le Canada, si en avance par rapport à la France sur le sujet du bien-être de nos tout-petits. Il m'a fallu gentiment enseigner ce que j'ai appris à mon entourage, sensibiliser ma belle-mère, dont je me souviens encore de la réplique amusée : "elle en aura un mais qui restera chez nous"... qui m'avait choquée car elle ne prenait manifestement pas cela au sérieux... mais comment accepter mon point de vue sans remettre en cause le fait qu'elle avait déjà élevé ses fils et petit-fils avec cet objet auquel tout le monde octroyait des vertus ?...

Par bonheur, elle a fini par se rallier, en un an, j'ai peut-être fini par la convaincre du bien-fondé de la plupart de mes choix pour toi, car elle a opté pour cette merveilleuse voiture que tu adores par-dessus tout avec ta cuisinière et dînette Barbapapa (merci tonton Léo ;). Tu as la chance d'avoir d'extraordinaires grands-parents qui ont fait deux fils géniaux et adorables ...Sache que je les admire tous énormément. Je me souviens encore de la fois où je me suis dis, pour toujours, quelle merveilleuse famille !!! Quelle chance ai-je d'avoir trouvé Mathieu, le plus gentil, intelligent et adorable des garçons ! Oui ma chérie, tu as un père génial, qui t'aime à la folie, vaillant et doux, énergique et profondément bon, valeur et qualité quasiment introuvable aujourd'hui, et comme tu as commencé à le faire ce 3 novembre 2013, tu vas pouvoir continuer à faire trois petits pas chancelants sans que nous ayons besoin de te tenir la main, pour aller te jeter dans ses bras :)

Le 23 octobre donc, tu étais assise sur le sol de la cuisine, il était près de 19h et j'étais en train de cuisiner ton repas quand je t'ai vue te lever seule et faire 3 pas... tu m'as regardée tellement fière de toi, qu'un grand WAAAAAAAAAAaaaaaa !!! est sorti de ta bouche avec un sourire immense que je n'oublierai jamais. J'ai tout lâché et je t'ai serrée dans mes bras en te soulevant dans les airs avec le même cri de joie, émue aux larmes comme à chaque étape majeure de tes progrès. Nous avons dansé et ri ensemble et quand papa est rentré, il ne m'a pas crue. Quel bonheur donc que ce soir tu aies de nouveau relevé ce défi plusieurs fois en faisant de nouveau tes trois pas face à ton grand papa assis par terre ! Quel sentiment indescriptible d'observer cette joie immense sur ton visage illuminé de triomphe, tes gazouillis de victoire... dire que tout cela sera bientôt loin derrière toi et que marcher ne sera un plus qu'une évidence dont plus personne - même pas toi - ne se préoccupera d'admirer... Sauf maman, sûrement, qui y repensera régulièrement, avec la même émotion qu'aujourd'hui ...car je songe souvent aux instants de ta naissance où nous étions si émerveillés par ta seule présence que chaque étape comme celle de la marche reste pour moi comme un nouveau miracle dont tu es la fée... Je t'aime mon Ange...