Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Procrastination

Voici une réflexion très personnelle sur un sujet dont le nom barbare est méconnu mais dont l'activité si j'ose dire est hélas fort répandue. Tout d'abord permettez-moi de me présenter en tant qu'auteur comme l'ennemie N°1 de la procrastination (du latin pro qui veut dire en avant et crastinus qui signifie à demain).

Pourquoi ?

Déjà parce que j'exècre ce substantif à la phonologie détestable et si long qu'un vrai procrastinateur ne le prononcerait même pas aujourd'hui. Cela lui procure, ceci dit, un amusant contresens. Ses syllabes résonnent d'une pénibilité étrangère aux pratiquants de ce sport de fond. Sport de fond car un procrastinateur a le coeur forcément mieux accroché que le mien de par son entraînement à cet étrange exercice cardio-vasculaire qui consiste à tout remettre au lendemain et à se croire superfortiche de faire ses devoirs en 5 minutes puisque c'est le temps qu'il lui reste après s'être allégrement autorisé à consommer tout le reste en glandage 3D. Procrastination me fait penser à pro de l'obstination crasse à tout ajourner.

Ensuite parce qu'en hyperactive accomplie, j'ai eu du mal à saisir sinon l'ampleur le plaisir de renoncer à la plénitude de l'accomplissement chronométré d'une tâche. Jusqu'au jour où j'ai rencontré un des maîtres en la matière. Un phénomène de la catégorie de procrastinateurs qui remettent au lendemain pas tant par une peur de l'échec ou du succès que par esprit de rébellion. Qui se dit "Je ne suivrai pas la façon de faire qu'on me suggère, je veux faire ça à ma façon". Quelqu'un qui pour une obscure raison, assimile coopération et soumission. Qui traduit "tu fais ça tout de suite s'il te plaît" par "Si je le fais tout de suite, je perds quelque chose de moi-même, je capitule, je me sens contrôlé (et je n'aime pas ça du tout)".

Et mon saisissement n'a eu d'égal que ma perplexité incompréhensive de cet art de la manipulation du temps. D'un autre côté, j'admire cet excès comme tous les excès. Cette endurance de l'inertie, ce désaveu de l'obligation, ce renoncement de la corvée, cette abnégation du devoir chronophage ! Quoi de plus hédoniste que de ne faire que ce qu'on a envie de faire et au moment où l'on a envie de le faire... En effet, "l'hédoniste et le proscrastinateur ont en commun de bien se connaître, de bien connaître le monde réel et de se projeter et anticiper ce qui conduit au plaisir, au déplaisir, à la durabilité et à l'immédiateté". Comment ne pas envier ces spécialistes de la sérénité... ?

J'ai entendu récemment : "Si j'ai du temps pour glander et du ménage à faire, sur 1 heure, je consacrerai 3/4 d'heure à glander...". D'autres symptômes flagrants sont : partir au dernier moment et arriver (peu) en retard (grâce aux excès de vitesse) ; dormir travailler à 4 heures du matin ; commencer un projet et le terminer (6 mois plus tard) ; se flageller flatter d'avoir un beau palmarès de propositions sans suite ; prêter et récupérer 1 an plus tard ; emprunter et rendre 1 an plus tard ; rendre une mission obsolète en lui laissant tout le temps de le devenir ; pousser (non un verbe d'action est inapproprié !) laisser naturellement les pigeons  faire le boulot à sa place puisqu'ils sont si pressés... 

Les risques du procrastinateur sont cependant à la fois philosophiques et pratiques. Car la religion du "oui oui je vais le faire mais quand j'aurai le temps après avoir passé mon temps à ne rien faire" est dangereuse.

Démasqué, l'amateur de temps perdu est banni des prises de décisions responsables. Ses esclaves involontaires (sa femme par exemple) se mettent à le fuir. Il affronte les constats incrédules du type "mais t'as fait quoi pendant tout ce temps ??!!" et finit seul mais en parfaite harmonie avec son triomphal égoïsme :)

Alors procrastiner : penchant ou plaisir ? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Lucia Canovi 31/08/2007 17:38

Bonjour Kika !intéressante description de la procrastination vue de l'extérieur... vu de l'intérieur évidemment c différent ! ;-)Tu écris très bien.bisou !