Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

20/01/06

Quelque chose se passe... mais quoi ? aucune idée...
Personne n'a envie de m'écouter, les gens heureux agacent les autres... alors je ne dis pas grand-chose. Et je souris à tous ces gens que j'énerve
J
Nous sortions du boulot. J’essayais d’expliquer à Léo que le métro Riquet n’était pas tout près à pied mais il m’a fixée en silence, patiemment, et il a dit : "Bon, c'est quoi tes yeux pleins d'étoiles ? Explique !"
Ben heu, quoi ça se voit tant que ça, écoute je ne sais pas quoi te dire, à part que moi tu le sais, j'ai pourtant le coeur solide-blasé-ironique, le coeur très célibataire, bref, et je fais attention parce que j'ai souffert et que j'essaie de me méfier...
Mais que, mais que, oui bon d’accord… voilà, j’ai craqué.
Complètement
Sans retenue
Sans réfléchir
A ma façon, à 30 000 volts...
Pour ses yeux qui transpercent, son joli petit nez insolent, pour son regard qui déshabille et son sourire qui me fait rougir comme quand j’avais 15 ans de moins, pour sa façon de sortir du lot, bizarrement la première fois je m’étais déjà dit ça, tiens pourquoi on le remarque plus que les autres, celui-là… ? et puis je l’avais oublié. La tête ailleurs, trop de problèmes à régler.
Quelques mois plus tard, mes problèmes étaient réglés, mais je l'ai envoyé promener, alors que c’était moi qui me faisais remarquer cette fois... mais où avais-je la tête. Il m’a légèrement embrassée en croquant mon collier de bonbons... Je me suis giflée, ne jamais me laisser faire comme ça, non mais c’est quoi ces manières, puis je me suis pardonnée, c’était une big soirée, on était sûrement tous ivres.
Encore quelques mois plus tard. Je m'arrange pour passer un bout de la soirée le plus près possible de lui dans un groupe qui parlait de neige, de ski et de surf, des sujets qui m'échappent un peu mais bon c'est pas grave : j'avais rien à dire alors j'écoutais mieux. Il y avait Laurent, Valéry, Tanguy et Mathieu...
Au moment où je me demandais ce que je faisais là, il a parlé d’un truc inconnu alors brusquement je me suis penchée et en effleurant sa main j'ai demandé "C'est quoi dis-moi ?"
Je ne sais pas ce qui m'a pris ; j'étais partie pour lui dire, entre quatre yeux : "Sans rancune pour la soirée hein ?" parce qu'il devait être vexé, tous les mecs sont vexés quand ils se prennent une veste. Et moi j’aime bien les situations claires et les gens pas vexés.
Et puis voilà, j’ai rien dit de tout ça, au contraire, juste un compliment idiot sur son bronzage et je bois mon cognac en le fixant et en me demandant pourquoi je le fixe et qu’est-ce qu’il pense et pourquoi il a pas l’air énervé contre moi et je lui touche la main sans raison, comme un appel.
Toc toc. J'ai ouvert la porte. Ma fichue spontanéité lol
Et j'ai fait exactement tout ce que je n'avais pas fait depuis trente ans : craqué sans réfléchir, à quoi bon réfléchir, c’est pas une équation mathématique, c’est un feeling et j’écoute ma voix à l’intérieur qui contrairement à d’habitude me dit "t'inquiète pas"... Puis j’ai refermé la porte, encore une fois, et comme la première il n’a pas eu l’air de m’en vouloir. ;-)
Le lendemain quelqu’un au courant de rien me dit : "son accent est comme un rayon de soleil", et ça me fait sourire qu’on me dise à moi de jolies choses sur toi que je pense déjà.
Je ne sais pas où on va mais j’y vais, même pas peur, je suis prête à quoi, peu importe, pourvu que ça nous fasse vibrer, c'est ça la vie... J'ai peur ni de la distance ni de la durée, 24h, 24 jours, 24 années, quelle différence ? C’est le contenu et pas la durée qui a une signification. Je suis déjà à 1800 mètres d'altitude, il m'a fait grimper encore plus haut, c'est bon d'avoir le vertige.  
Quelques intimes me disent : "Oui mais quand même fais gaffe..." En fait ils disent : « fais gaffe à toi » et non « méfie-toi de lui » parce qu'ils savent que je donne sans calculer, que je ne prends jamais de parachute, que je suis une douce dingue qui n’a pas peur de s’écraser par terre pourvu que la sensation ait été forte… Et parce qu’ils m’ont ramassée comme d’hab il y a quelques mois et que je suis comme les chats prête à recommencer parce que je déteste les gens aigris par les chagrins, parce qu’une expérience n’enseigne jamais LA vérité, parce que tomber sur quelqu’un qui prend ma défense en moins de 24h, ça n’arrive pas tous les jours et ça mérite de s’attendrir un petit peu…