Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KtaKika

Equipement. Brrr froid dehors. RDV ok. Peu dormi la veille, réveil trop tôt, fatigue de la semaine de fiestas... En route pour notre première descente. Mmm il fait humide mais rudement meilleur. Au moins y a pas de vent ici et la grenouillère c'est l'option confort. Je m'éclate dans les flaques, exactement comme un bébé à patauger en rigolant de ceux qui croient qu'ils ne vont pas se mouiller en grimpant sur les murs avec leurs jolies bottes de pluie. De l'eau jusqu'à la ceinture, ramper dans des chattières larges de soixante centimètres, le sac à dos : devant ou alors après ? Hum... peu importe ça marche quand même. Ouille la tête qui cogne le plafond deux fois, pas l'habitude de me baisser vu ma taille.. ces carrières sont faites sur mesure pour moi J

Byzance, ouf ça fait du bien de se poser, eh oui j'ai prévu les mini gobelets et toi le Tariquet, et alors quand je sors les Belin apéritif, c'est l'ovation "on descend pas avec des rigolos" J Ca fait plaisir ! Surtout que se traîner le champagne jusqu'à Z, c'est lourd mais franchement ça valait le coup. 22 ! Ktasprint, la radio locale annonce la couleur des poulets. Danger passé, posage bière.

Direction Z. C'est bien la première fois que je mets 4h à passer du 13e au 14e. Tite sieste en écoutant vaguement les potes refaire le monde. Café chaud ?? Incroyable. Photos des sculptures de Julio qui ne se lasse pas d'escaliers en colonnades. Les bougies produisent le plus bel effet. Heureusement que j'ai les chauffe-plat, ça rattrape la lampe dont les piles lâchent au bout de deux heures. Honte aux amateurs... Les jambes en ont pris un coup. Vers 6h, retour, l'air de rien on est au bout et il faut retourner au point de départ.

Posage au cabinet minéralogique St Jacques avec une petite démonstration de Bacchus. Hop petit trot dans un nuage souterrain, eh oui les touristes on vous avait pas parlé des fumis ?
Ouf retour à Byzance, les sacs poubelles commencent à peser. Grizz galope ou c'est moi qui fatigue ? La flotte jusqu'à la taille sans avoir froid m'amuse toujours mais j'ai hâte de retrouver la couette, l'épuisement menace de me terrasser. Cool j'ai suffisamment compris le truc pour éviter les casquettes et c'est d'une voix de plus en plus mécanique que j'annonce trou ou droite ou gauche. Sans lampe il faut bien serrer les rangs, ça tourne beaucoup et je remonte sans plus réfléchir.

L'Aqueduc, oui bah c'est presque une habitude. Dehors le jour s'est levé. Chacun rentre, pitié pas de coup de fil avant ce soir hein, on se sent crottés de la tête aux pieds, du calcaire inscrusté dans chaque fibre et entre chaque grain de la peau. Vivement la prochaine descente, on saura qu'il faut encore plus de capital énergie. Je penserai aussi au cannettes -les boutanches ça suffit-, à la charcutaille, au chocolat et aux piles. Mais surtout voyager léger. J