Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hallucinations oniriques

Est-il possible d'être tellement déprimé et obsédé par quelque chose qu'on se met à imaginer la nuit des dénouements réalistes ?
Un court mail succint, une dizaine de lignes de 5-6 mots chacune, qui donne les réponses indispensables aux questions que l'on se pose après sa longue absence : je vais bien, pas de problèmes, bien déménagé, nouveau boulot, débordé, très vite d'autres nouvelles, gros bisous...
Incrédule dans mon propre rêve, je scrutais ces phrases en me demandant si je devais y croire ou pas sans nouvelles depuis le 28 août. Et puis je me réveille avec l'envie de croire que ce mail m'attend, sur Facebook ou dans Outlook, son style inimitable, on s'est tellement parlés par écrit depuis 10 ans que ces mots je n'ai pas pu les inventer ...Ou justement si ?
Aucun mot nulle part. Choc puis je comprends que j'ai matérialisé mes fantasmes dans mon rêve, tout comme j'ai rêvé que l'artisan qui devait finir les travaux chez nous était venu terminer le boulot en une nuit.
Pourtant la désillusion n'était pas encore complète quand j'ai bien vu en sortant de ma chambre que le palier n'état pas carrelé. Il a fallu que je fouille mon courrier électronique pour comprendre que je n'avais rien reçu.
Parce qu'il ne m'avait rien écrit.
Pire encore, réaliser au bout de plusieurs semaines que votre meilleur ami vous a supprimé de ses amis. Tout simplement. Et vous ne savez pas pourquoi. Mais surtout vous n'avez plus envie de savoir.
Vous êtes guéri.