Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arrêter avant d'avoir commencé

J-35 : j'ai été malade à crever. Fièvre, mal de gorge horrible, congestion, mal partout, vous connaissez ça. 16h, je me traîne péniblement pour me verser un bol de céréales que je reviens manger au lit, après une escale sur le canapé pour cause  de vertige. Je suis au bord de l'évanouissement. Je dors une heure sur deux, mal, épuisée alors que je ne fais rien. Pas la force de regarder un film ni de lire.

J-31 : je tousse encore, froid tout le temps, je m'auto-médicamente honteusement, à coup d'aspégic, de rhinofébral et de sprays divers pour les microbes de la gorge et du pif. La seule bonne chose, c'est que je n'ai pas pu fumer une clope depuis 3 jours tellement j'en bave.

J-25 : je sors d'une partie de poker, j'ai perdu, ça faisait longtemps que je n'étais pas partie sans gagner quelque chose, pas le courage de bouquiner ma Méthode pour arrêter de fumer d'Allen Carr même si je fais preuve de motivation puisque j'ai réussi à ne pas fumer comme les autres joueurs.

J-5 : Réveillon d'enfer. Resto bon, sympa avec des amis de Loup qui fait une mini-sieste en rapprochant les chaises des potes sortis voir le feu d'artifice avant le dessert. Ensuite on descend dans une cave qui sert de discothèque-salle de babyfoot, ça tourne au champagne et moi au coca, déjà suffisamment alcoolisée. En plus, pour une métisse champenoise, j'aime pas le champagne - oui je sais, c'est le comble.
Mon Loup comate sur une banquette et quand on nous propose de nous ramener, il saute sur l'aubaine.

On dort depuis 1h sur le clic-clac du séjour de l'appart de location et les 6 autres occupants rentrent bruyamment, imbibés comme des éponges, et se mettent à battre une mayonaise géante. Une proposition gentille (tu baisses le store ? comme ça vous ne serez pas réveillés par le soleil) génère une réflexion sur le mauvais ton (attention hein il ne faut rien casser ici, je le dirai une fois mais pas deux on est chez nous ici on a payé) et une insulte fuse en réponse (d'où tu me parles comme ça alors que je n'ai rien cassé le nain de jardin et puis d'abord nous aussi on paye, alors...!).
Ca gueule en ping-pong stérile puis sous nos yeux médusés le nain de jardin vexé balance deux coups de poing au casseur innocent qui ne les rend pas mais qui envisagera de porter plainte... Un réveillon d'enfer vous disais-je.

Une pensée quand même pour les épouses qui essayaient d'arrêter de stopper les protagonistes avec plus ou moins d'hystérie (ambiance) et pour celles qui ont plié bagage pour ne pas laisser les conjoints irrités dormir seuls dans les bagnoles en plein hiver sur un parking... Les hommes boivent trop, les femmes trinquent...

J : n'empêche, ça fait 1 mois et 5 jours que je n'ai pas rouvert le bouquin d'Allen Carr depuis que j'ai lu la préface mais j'ai totalement arrêté de fumer et ça, j'en suis très fière. Alors je le dis.
Et comme la question "mais comment t'as fait pour ne pas re-fumer quand tu as été guérie" est sur toutes les lèvres, moi je dis juste que j'avais essayé au moins 4-5 fois d'arrêter en 2008, sans réussir, et que là j'ai simplement saisi une opportunité, celle d'être trop malade pour pouvoir cloper et que j'ai décidé de continuer sur cette lancée comme si on m'offrait une chance. C'est là que mes précédents échecs m'ont révélé qu'au fur et à mesure de mes tentatives, j'étais chaque fois un peu plus motivée, sans vraiment m'en rendre compte.

Et finalement, j'ai arrêté avant même d'avoir commencé à essayer d'arrêter.   
  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :