Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T !!!

Chercher le camion et s'apercevoir en revenant que Maxouille a administré comme un chef la descente des cartons dans le hall. Tellement bien que même les cartons inachevés et les cartons à jeter et les cartons pas faits sont descendus...
En 2h, tout était torché et tout le monde congédié parce que s'ennuyer pendant un déménagement, c'est pas banal...
Cédric m'a déposée pour rendre le diable loué à prix d'or (sans blague, vous saviez que c'est 350€ la caution ??! Je veux faire loueuse de diable quand je serai grande !!!) puis il m'a ramenée pour déjeuner avec Loup et Zinecou.
En cours de matinée, on avait décidé que je descendrai à Toulouse notamment pour accompagner mes chatounets et aider à remonter le camion, vu l'ambiance qui régnait entre Zinecou et CDric, je préférais m'assurer que ce camion soumis à caution en or massif aussi allait revenir sur Paris dans les délais impartis.
Et hop, on a été sur la route toute la sainte journée, j'ai pas vu le temps... heu bref, entre 2 stations, Louloup au volant nous fait le coup de la panne de gazoil. Et se plante au milieu de la bande d'arrêt d'urgence pour faire du stop, monter dans la mini-caisse d'une meuf en prenant sur ses genous son micro-ondes (elle déménageait aussi ou quoi) pour rallier la station service qui n'était plus qu'à 3 bornes... Et il ne trouve rien de mieux que de revenir en stop avec sa Vittel remplie de diesel, et de traverser l'autoroute du Soleil la nuit tombée. Je pique une crise de nerfs.
Pendant l'attente, j'ai crisé devant Câline, enjambé une clôture pour larmoyer devant les riverains impavides à 100m de là, fait demi-tour avec le n°du dépanneur du coin et appelé Max affolé qui croyait qu'on avait eu un accident grave.
Et l'autre qui revient tout content d'avoir solutionné le problème de notre panne.
Malgré un soulagement que je n'avais jamais ressenti de ma vie, je crise silencieusement pendant 1h. Je n'en peux plus. L'épuisement frappe à la porte de mon cerveau (enfin, de ce qu'il en reste) et la lutte contre l'évanouissement quand je l'ai vu se tenir sur l'autoroute à faire du stop en toute inconscience m'ont achevée. Le sang cogne dans ma tête : la durée de vie moyenne d'un piéton au bord de l'autoroute est de 20 minutes. Et encore, ptêt que c'est 10. Mon dernier neurone de permanence me criait : voilà, tu ne sais pas où t'es, t'es pas arrivée avec ton camion plein de tout ce qui constitue ton reste d'existence, t'as plus de logement, et si ton mec se fait faucher accidentellement par un mauvais conducteur, t'as plus rien, tout s'écroule, tout s'envole en fumée.
Dans l'état de nerfs au bord de la rupture où j'étais, le pétage de plomb était assuré.
Alors quand j'ai demandé à Loup s'il le referait (si c'était à refaire) et qu'il a opiné tout content de lui, j'ai déconnecté.