Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'arrête de fumer...

Non non non c'est pas une blague
Oui j'ai déjà arrêté
La première fois, fastoche, 19 balais, j'ai arrêté 1 an du jour au lendemain, sans même y penser, alors que les 2 paquets de Fortuna par jour ne me coûtaient que 10 francs...
ensuite j'ai arrêté quelques fois quelques jours...
Cette fois j'arrête. Ca me travaillait depuis longtemps, tous mes collègues ont arrêté de fumer hormis "Cathwoman", on ne peut plus fumer au chaud nulle part, j'ai toujours trouvé qu'une jolie fille avec une clope au bec c'est dommage, ça pue comme image, avec un côté vulgos auquel j'ai pas envie de m'identifier, et puis...
et puis la dernière nuit où j'ai pas dormi, comme une punition involontaire, quand j'ai découvert que l'homme de ma vie se mettait à fumer de plus en plus A CAUSE DE MOI. Je suis restée interloquée. Réalisant qu'il fumait même quand je ne fumais pas - dans les salles de concert déjà enfumées berk - et la vision d'horreur de ma responsabilité engagée dans cet élément de dégradation de sa santé à lui, si indépendant, si têtu et di fort... Oh non, j'ai pas envie qu'il se tue à petit feu à cause de ma propre dépendance.
A 1h25 ça m'est apparu clairement, à 1h26 je ne fumais plus.
Une nuit d'insomnie comme un jour de jeûne pour m'absoudre et ça m'a fait un bien fou. Bon bien sûr j'ai la crève, Nico est passé par là la semaine dernière, on en bave grave quand on arrête, le temps que les poumons et les bronches et le reste se remette en place petit à petit et se décrasse...
Mais voilà quand on n'a pas de motivation pour arrêter, il arrive qu'elle surgisse subitement comme ça, pas besoin de se forcer ou de se raconter des histoires, de se dire "ouais on verra quand je ferai un môme", et c'est radical. J'ai plus envie du tout. Je me balade même avec un joli paquet tout neuf dans mon sac pour me prouver que je n'ai pas envie de l'ouvrir. Je me suis aperçue de sa présence par hasard, je ne l'ai même pas pris dans mes mains pour l'examiner avec nostalgie, je l'ai laissé là où il est comme un talisman peut-être.
Et tout ce que ça m'inspire, c'est que cet objet tout léger est une arme, une arme qu'on peut choisir d'utiliser pour se suicider à petit feu, et au fond je me retrouve bien dans ce petit jeu malsain de porter cette arme sur moi en me mettant au défi de ne pas la retourner contre moi.
J'ai longtemps été suicidaire mais le 1er mai 2002 j'ai décidé, avec un trou dans le ventre témoin de mon histoire, que c'était fini tout ça et donc je sais que je ne replongerai pas. Je me demande même si je ne vais pas brûler les cartouches que j'ai au lieu de les revendre...