Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Glandouille



Réveil en sursaut à 9h30 AAAAAAAAAAARRRRRGHHHHHHH ma tête.... C'est plus une tête c'est une petite boîte dans laquelle se cogne une balle de tennis lancée par un athlète dingue ! Mission de survie (acceptée) : ramper jusqu'à la salle de bain dénicher de l'aspirine (le bruit du tiroir chante gaiement à mes oreilles fracasse mes tympans et vibre dans chacun de mes nerfs), continuer de ramper jusqu'à la cuisine (ça tombe bien c'est sur le chemin de retour à la chambre), le dissoudre et le boire. Mission surhumaine accomplie. Vous pouvez ramper jusqu'au lit et y agoniser jusqu'à midi et demie. NB : axe d'amélioration, prévoir de l'aspirine et un verre d'eau  dans la chambre, les prochaines fois, des vies ne pourront pas toujours être épargnées. :0125:

A midi et demie, réveil naturel. Le chant des rossignols au printemps Les aboiements forcenés des clébards et la chatte qui gratte à la porte jusqu'à passer au travers mettent tout de suite de bonne humeur. Je ne bougerai pas. Leur faire croire que je suis partie dans un autre pays, ou qu'ils ne s'étaient jamais aperçu que j'étais une momie et que j'ai disparu tombée en poussière. Et ça aboie et ça aboie et la chatte qui miaule agacée. Personne n'est dupe. :0009: J'ouvre la porte et fuis en courant jusqu'au café. Enfin jusqu'à la cafetière. Au fond je ne suis plus fatiguée juste un peu dans le coltar. Pinaise heureusement que je prends pas les cachetons qu'on m'a prescrits !
Céréales, glandage. Y a quoi à la TV ? Hier y avait Magnum mais il était 16h... Bon alors blogage surfage et mailage. :0038:   Dring dring : CBR. "Salut t'es à Muret ? Ouais ? bon, j'passe te voir ? Chuis là dans 15 min maxi. Tcho !"
Ouh laaaaa je me suis enflammée là ; ça veut dire quoi ça : douchage, habillage et vrai réveillage ?... Brrr bon ben c'est parti. :0017:

Après j'ai glandé encore plus. On a tchatché comme des fillettes pendant quelques heures, lui tout content de picoler son premier Jack depuis la récupération de son permis ce matin pendant que je dormais, et les chiens tout contents de refaire la java pendant que je suis trop occupée à glander pour descendre les engueuler. :0022:
Puis il est parti (où ? DTC. Nan, AU BOWLING !!!!) et moi aussi mais à la gym. Tiens il a fallu ramasser dans la cour et le jardin les bulots, mégots, et autres morceaux des ripailles du tournoi parce que les bougres de clebs avaient éventré -encore- les sacs poubelles entreposés en attendant que les éboueurs veuillent bien passer. Fantastique loisir. Merci les ienchs. Ma vengeance sera terrible.
Enfin si d'ici mon retour j'ai pas déjà tout oublié. :0003:

Hop gym. Le step grrr que je n'aime pas ça, monter mes cinquantes étages virtuels, courir mes 4,5 km et être en sueur. :0124: Mais bon, c'est vrai qu'à la fin je ne fais plus de crise d'asthme et qu'il y a eu une sorte de fierté de passer de 40 à 50 étages d'efforts.
Les abdos maintenant. Pffouarff fastoche. Bouh ! sauf vingt minutes après. Je change d'exercice avant de perdre tout résidu de dignité à chercher mon souffle comme un phoque sur son tapis rouge. Si en plus je me traîne par terre, la ressemblance sera fatale. Le plus dur est fait. Après, les fessiers les abducteurs les cuisses les lombaires et les épaules les doigts dans le nez (enfin je les retire en général car c'est pas très élégant).

Retour maison, il est dix-huit heures passées, surtout avec la douche derrière et j'ai dépassé mes heures de sortie autorisée. Ouf ! Repos. Bière. :0108: Dring dring Guigui. "Ca va ? Ouais ça va et toi ça va ? Ouais ça va et toi ? Ouais..." Blablabla pendant 1 heure. Au bout d'une heure oh ! prise de conscience :
"C'est moi qui t'appelle là ?
- Heu oui, pourquoi ?
- Mon forfait !
- Ah ! Je te rappelle ?
- Ouais, sur le fixe ?
- Okay.
(...)
- Y marche pas ton numéro...
- Attends, moi je t'appelle du fixe. (en fond) "Votre ligne a été restreinte, vous ne pouvez pas..." Oups t'as raison on a été coupés. On a pas dû payer...
- LOL !!! ...Pas grave moi le mobile
je paie pas...
Re-blablabla. On lit les Phrases du jour et on rigole.
Et puis on argumente, facile y a les 2 camps :
- Cédric il s'enflamme pour son bowling...
- Normal, pour mener à bien un projet, il faut être super motivé !
- Nan mais bon on sait même pas si ça se trouve le proprio veut pas encore le vendre...
- Comme tu dis, on n'en sait rien, alors ptêt que si !...
- Ouais mais bon son futur associé là il a pas de thunes à investir, ptêt qu'il va en emprunter à son père mais pour l'instant c'est Cédric qui va tout amener...
- Et alors ?
- Bah quand même ! Cédric il est à fond, quand il a une idée, il va jusqu'au bout, l'autre il est encore étudiant... J'espère qu'on va pas finir par le ramasser à la petite cuillère...
- Bah tu vois tout en noir, il voit tout en rose et après ? Pour surmonter tous ces obstacles, vaut mieux voir les choses en rose, sinon il ne ne commencerait même pas..."
Bref on aurait dit une conversation entre la maman et le papa de Cédric... Ma parole...

Ensuite glandage, listage de ce que j'ai pas fait aujourd'hui et que j'aurai à faire demain, et répétition du mantra "je dois faire ce que je me suis fixé aujourd'hui même si je ne l'ai pas respecté hier". Délicieux, cette phrase, non ? Faut se la répéter pour s'apercevoir du formidable non-sens qu'elle délivre.
Dring dring Mon chéri :0091: Samedi, prévoir un KLPT "intime" : 2-3 tables maxi. On finit par se prendre la tête sur l'arrachage des mauvaises herbes du jardin.
Lui : quoi ?? Mais pourquoi tu jardine ? moi j'en ai rien à [biip] du jardin, s'il est pas content le proprio, il a qu'à nous envoyer un jardinier !
Moi (patiente) : mais non chéri, on est obligé, ça fait partie des devoirs de locataires, c'est une obligation heu réglementée.
Lui : n'importe quoi ! non ça c'est TON point de vue et ce n'est pas MON point de vue...
Moi (luttant) : ce n'est pas une question d'envie ou de point de vue, dis-moi : si tu louais ta propriété avec jardin, tu voudrais qu'on te la rende avec le jardin en l'état dans lequel tu l'as loué, vrai ou pas ?
Lui : Ouais ! Mais... :0039:
Bip bip bip... Plus personne. Le malheureux qui ne connait pas le décret du 26 août 1987 a raccroché. Bon. Allez je vais me servir une nouvelle petite bière bien fraîche. Au fond on s'en fout jardiner moi j'aime bien ça. :0026: