Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des hauts et des chats

Il faut toujours se secouer et remarquer les moments de pur bonheur. Compter jusqu'à 5 et si on flotte toujours dans ce sentiment de bien-être se souvenir aussi du dernier mauvais moment et en conclure qu'il est bel et bien terminé.
Mon minichat est arrivé en larguant un de ses petits piaillements rauques car il n'a jamais su parler français, et pour cause, il n'a pas eu de maman pour lui apprendre, Pépette est trop bête et moi je sais pas miauler.

Agé de 6 semaines à tout casser, il est devenu une partie de moi-même, comme un doigt supplémentaire à ma main dans laquelle il tremblottait quand je l'ai trouvé au bord d'un trottoir, abandonné. J'adore mon minichat et il m'adore. Entre nous c'est totalement fusionnel, même si je m'absente trois jours d'affilée chaque semaine, même s'il a mon âge en âge de chat (il vient de faire 32 ans brrrrr) et qu'il  passe le plus clair de son temps à chasser la grenouille...
Il revient toujours quand il entend la voiture ; et dès qu'il est un peu en retard, je reste sous la pluie paniquée à l'appeler à guetter son arrivée avant de fermer le portail qu'il enjambe allègrement avant de filer devant moi en m'adressant juste un petit signe de connivence.
Inexplicablement le hasard nous a rendus inséparables. Sa confiance absolue en moi m'apaise et me réconforte; il vient se blottir dans mes bras et ferme aussitôt les yeux pour s'endormir en serrant étrangement mon pouce dans sa petite patte droite.
Je l'aime comme une dingue et je crois qu'il me prend vraiment pour sa mère. Il est d'une beauté et d'un charme affolants, tout gris, et je l'embrasse tout le temps parce qu'il sent encore bon le bébé. Si à force de le bécoter je le transformais un jour en mec, il serait aussi canon qu'un joueur du Stade Toulousain (genre Geoffroy Messina sans la tête hihi).
Quand je l'ai recueilli, j'avais déjà Pépette. On s'aime énormément d'une manière différente. Elle et moi, c'est les longs câlins de grasses matinées, elle me couve le matin en m'enlaçant le poignet avec sa patte ou en la posant sur ma joue ou autour de mon cou. Elle est splendide, noire et blanche avec des yeux impénétrablement verts. Elle est tellement trouillarde qu'en entendant son nom elle manque toujours de s'évanouir. Mais quand elle vient ronronner dans mon lit à la place toute chaude que mon Louloup vient de quitter, c'est notre instant à toutes les deux et peut-être le moment unique de cette journée où elle chante dans mon oreille.