Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal de bord d'une baleine - VI

13 avril 2012. J'ai fait le plein de pantalons élastiques et de chemisettes hyper amples destinées à cacher mes nouvelles formes au boulot. Ca marche plutôt bien et en fait, ça a été la même chose dans ma tête pendant un moment : je ne savais pas si je restais ou si je quittais ce job infernal.

Nous sommes parties en séminaire toutes les deux en janvier, un truc incroyable où on a dormi dans un espèce de 5 étoiles avec 4 étages de Spa (où je pouvais encore nous exiber en maillot 2 pièces avec juste l'air d'avoir abusé de la dinde et de la bûche) et des activités d'hiver de dingues. J'ai fait du chien de traîneau, du Skidoo, du canot pneumatique sur des pentes enneigées, mangé dans des restos gastronomiques en prétendant ne pas boire d'alcool, laissé tomber l'hélico au-dessus des Pyrénées et le ski... Ensuite il y a eu un autre séminaire à Paris sur le thème des Super-Héros où les cocktails fumants étaient servis par des Batmen et des Catwomen et où on pouvait pourchasser des Captain America et autre Supermen en slip moulant en sortant d'un laserquest.

C'est ce soir-là que j'ai discuté encore avec quelques collègues d'autres régions, pour comprendre que finalement, personne ne pigeait rien à l'expertise des ingénieurs recrutés mais que tout le monde s'en foutait, l'idée étant juste de les placer chez les clients... Bref, ce soir-là j'ai compris que cette façon de travailler n'était pas faite pour moi et le lundi je me ruais en l'absence de mon boss en vacances dans le bureau de son chef pour claquer ma démission.

De toute façon, il devait tout avoir préparé pour mon départ, et m'avait juste demandé de rester 1 ou 2 mois de plus en attendant ma remplaçante. En fait, personne n'était au courant et c'est en allant déclarer aux RH que je souhaitais partir que les choses ont commencé à bouger et que je fête aujourd'hui dans un immense soulagement mon départ administratif. Et voilà, la folledingue que je suis, enceinte de 4 mois tout pile, sans emploi et fière de ma décision. J'avais quitté mon job précédent en trouvant l'ambiance et les méthodes insupportables, et voilà que je trouvais 10 fois pire. Comme quoi... C'est une belle leçon à retenir.

Le rendez-vous au Pôle Emploi fut épique aussi. L'agent zélé me reçoit, me pose un tas de question sur ma formation, mon parcours et, sans tenir compte de ma tenue soulignant un ventre explicite, conclut par un "et vous êtes disponible immédiatement ? Vous allez recevoir une convocation de Pôle Emploi Cadres pour le suivi de votre recherche d'emploi." Oui monsieur" ai-je souri, docile car la seule chose qui m'importait, était de m'inscrire aujourd'hui pour percevoir des indemnités outrageusement plus élevées que le salaire que me versait mon boss précédemment.

 

Et voilà ma pupuce, nous repartîmes gaillardement, prêtes à aller reposer mon cerveau fatigué de ce milieu professionnel odieux et visiter avec papa de charmantes boutiques de puériculture pour te trouver ta future chambre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :