Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes Vacances au Maroc

- Salut Kika, comment ça va ? Quoi de neuf ?
- Salut Tortue, bah ça va, un peu marre de tout, crevée, alors je pars en vacances la semaine prochaine vu que mon mec a décidé d'aller au ski et que ce serait sans moi parce que je ne skie pas. En représailles de l'absence de concertation et de motif valable de mon éviction, je veux filer AU SOLEIL !!! Alors Djerba, Agadir ou Canaries, je ne suis pas encore décidée mais je pars aussi, de mon côté !!!
- Des vacances ? ...Hmmm mais quelle bonne idée ! Ouiin ! Je veux partir aussi !!!
- Eh bien... partons ensemble ! à la fin de la semaine, ça te va ?

Et c'est comme ça qu'elle a posé ses congés un peu la veille pour le lendemain (tu vois bien qu'elle est cool ta boîte ;) et qu'on est parties à l'arrache faire les folles au choleil. C'est cool, ça faisait longtemps qu'on s'était pas vues, avec ma cops-ex-colocataire et ex-collègue, et même si c'est une râleuse, elle m'a bien fait rigolé. Alors je vais vous en raconter quelques bribes et aussi vous donner tous les bons plans pour un voyage non organisé et pas cher à Marrakech, Essaouira et Ouarzazate.

D'abord, c'était chouette parce qu'on était bien d'accord : budget minimaliste mais un maximum de plaisir et de confort, exit ces tours organisés pourraves avec pension complètes. Au retour, à l'aéroport, j'ai discuté longuement avec des touristes venus par Marmara qui ont vécu cette arnaque : un séjour de 8 jours 7 nuits payé avec un départ à 23h de Paris le jour 1 et retour avec lever à 5h30 du matin le 8e jour. Résultat : 6 jours réels de séjour pour le prix de 8 en pension complète. Il y a eu aussi le pseudo-hotel X étoiles avec lit au-dessus de la discothèque : les murs vibraient et ils pouvaient danser dans leur chambre tellement ils entendaient bien le son sans pouvoir dormir. Aucune chance de goûter la cuisine locale avec le buffet "international". Et il fallait tous les matins se réunir à l'aube pour les excursions en supplément, organisées de main de maître par un guide menaçant qui aurait fouetté tout retardataire. Tels étaient leurs regrets. A bon entendeur... !

Maintenant, passons à NOS vacances... Le choix s'est porté naturellement sur des vols secs plutôt low cost, et moi de Toulouse j'ai réussi à trouver un aller-retour à 262€ dont le retour Marrakech-Blagnac à 39,90€ hors taxes d'aéroport !!! Bon, en passant par Bordeaux... et alors ? on n'est même pas descendus de l'avions, et on a regardé les bordelais descendre en fulminant parce qu'il faisait un temps de chiotte... Et encore, on ne savait pas encore qu'il faisait grand soleil et 25° à Tououse sinon on les aurait nargués ;)

MARRAKECH :
Nous avons réservé le riad l'Heure d'Eté pour la première nuit histoire de savoir où arriver sans tracas ; le but, souligner les vacances par une première nuit dans le confort et
un décor qui fasse un peu rêver tout en étant plogées au coeur même de la médina ! Le plus cher de notre voyage, attention, hôtel très bien situé mais... introuvable la 1ère fois, laisser un type vous guider de la Place Jeema Fna pour 15 dirhams, la chambre sentait un peu les pieds mais confort correct, service et calme appréciables, douche à l'italienne très jolie : 425Dh soit environ 40€ pour 2, petit-déj inclus. (96 rue Sidi Bouloukate, après tous les autres petits hôtels pas chers qui sont tous dans cette rue. Tél : +212 24391727)
Un couscous chez Chegrouni en admirant l'agitation nocturne de la Place, pour 40Dh, cantine de Routards incontournable !!

Lendemain compliqué, il fallait réserver le car pour Essaouira la veille, du coup celui de midi complet alors on se fait la visite de la Menara avec nos valises pour passer le temps, et on retourne à la gare ferroviaire (d'où part le car Supratour, si si) prendre celui de 18h. On a marché sous le cagnard chargées comme des mulets, c'est assez marrant avec le recul et c'est frappant comme la ville se développe tout en laissant tomber en ruines les constructions existantes. C'est une constante alternance de rues délabrées sans goudron et de quartiers nouveaux, comme le Guéliz. C'est d'ailleurs là que nous avons passé nos dernières nuits, à l'hôtel Toulousain (230Dh soit environ 20€ pour 2 petit-déj inclus. 44 rue Tarik Ben Ziad mais tus les taxis connaissent, entre un opticien et le resto Cattanzarro italien cher mais bon (réserver !)), où les seuls toulousains que j'ai trouvés étaient des touristes puisqu'il semble que l'ancien proprio originaire de Toulouse ait revendu son affaire. Très propre, très grandes chambres doubles prévues pour 3, coin salle d'eau fermé par un rideau dans les chambres qui en sont pourvues. Seul regret : nuit pour 1 personne à 180Dh non négociable même quand on part à 5h du matin sans prendre le petit-déjeuner.

ESSAOUIRA : hop, enfin le car, arrivée à Essaouira by night vers 21h. très pratique l'arrêt du SUPRATOUR, près du Sofitel mais surtout près de la porte Bab Marrakech qui nous permet d'accéder à la médina et donc à notre riad. Cette fois, séjour radin à la spartiate, Chez Brahim l'habitant, il ne reste plus qu'une chambre sans douche, à 170Dh pour deux c'est raisonnable (41 rue El Morabitine près de Bab Marrakech : longer le rempart par l'intérieur à droite de la Porte et c'est à quelques dizaines de mètres à gauche dans El Morabitine. Si perdu, appelez, il vient vous chercher ! +212 66932937). Riad sympa, une porte d'entrée pour entrer, une porte d'entrée pour sortir, fallait quand même le faire, et si vous vous en sortez avec la clé c'est que vous avez un talent monstrueux. Il nous a invitées à manger un tajine chez lui, n'hésitez pas si vous avez le temps, nous on avait envie d'écumer les incontournables d'Essaouira alors on a décliné l'invitation. J'ai pris une douche dans la grande salle de bains commune - correcte sans plus - mais Tortue n'a pas osé. Dommage : l'hôtel du lendemain a eu une coupure d'eau de 24h...

Essaouira, c'est génial : une vieille ville/medina toute petite qu'on prend le temps de ratisser dans tous les sens pour dénicher les meilleures affaires (et c'est là qu'il faut faire le plein de souvenirs, pour éviter la ruine !!) , il y a les remparts et la plage de surfers immense à faire à pied (attention coups de soleil assurés) ou en dromadaire (ou en buggy).
Dîner à la Perle d'Essaouira près de l'Horloge, pas cher et délicieux (50Dh par personne tajine, thé à a menthe...)
ou chez Sam (au bout du port) pour les crustacés (accueil super sympa, tarifs corrects vu le standing : araignée de mer pour 100Dh et l'assiette de friture en entrée à 80Dh pourrait faire un repas pour deux personnes !).


Pour la 2e nuit, il fallait améliorer le confort et sortir de la médina. Allez donc chez Martine qui vient d'ouvrir son magnifique riad le Scarabée d'Or (+212 24785187, 11 rue Regraga => inutile d'essayer de trouver cette ruelle, trouver le cinéma RIF, et prendre la rue à sa droite sur 50m. Arrivé à
la boulangerie Taibi, prendre l'impasse au coin sur sa droite et taper à la 1ère porte à gauche). Des chambres à tous les prix (de 350Dh à 450Dh pour deux avec salle de bains privative) et joliment décorées ses soins avec un thème pour chacune. Vous ne serez pas déçus par le petit déjeuner copieux et délicieux où elle vous fera le plaisir de venir partager un café. Miel d'Errachidia au parfum unique, viennoiseries au beurre comme à la maison... excellente proximité avec la médina mais aussi la gare routière par laquelle nous sommes parties pour Ouarzazate... un moment de bonheur. Si on retourne à Essaouira, il n'y a aucun doute : on retournera là-bas ! Et notre hôtesse est tellement gentille qu'elle nous a déposées à la gare en voiture et nous a dit de l'appeler en cas de problème durant notre voyage. Merci Martine !!
OUARZAZATE : arrivée by night aussi, après 8h de car (passage obligatoire par Marrakech) et là, un peu plus galère car l'arrêt SUPRATOUR est à l'exact opposé de la zone hôtelière. Nous avons donc remonté gentiment l'avenue Mohamed V avant de remonter l'avenue My Rachid jusqu'à l'Ibis. Après les expériences, la chaîne hôtelière sans surprise pour le repos (et le super tarif de ma copine qui est chez Accor, on a même pu tenter de vider le bar à -50% !). On a compris tardivement que My Rachid, c'était pas Mon Rachid à moi mais bien Moulay Rachid (en raccourci).
Visite de l'incontournable Kashba (10Dh) puis du musée du Cinéma (30Dh), plutôt cocasse dans une ville qui n'a pas une seule salle de ciné ! C'est sympa, on s'en prend plein les yeux et y a de quoi photographier... Attention aux vendeurs de souvenirs, ces poètes de l'impro ("le hasard c'est mieux que le rendez-vous...") ils nous ont proposé tour à tour de nous épouser, de nous faire un gosse un tajine, de nous apprendre à faire le couscous chérie, d'apprendre quelques rudiments d'arabe pour pouvoir tenir la boutique avec eux, de nous faire un massage berbère ("dont tu te souviendras" dixit) et de nous aimer pour le restant de nos jours ("nous sommes des berbères pas des barbares"). Boutiques industrielles, circulez y a rien à négocier, comme ce vendeur à qui Tortue demandait un "bon prix":  "Laisse-moi ton numéro, je t'appellerai quand je ferai faillite"... On est sorties illico mais ça ne sera pas la dernière fois qu'on se foutra de notre gueule dans un magasin de babioles au Maroc.
Nous avons consacré notre unique dîner au Relais Saint Exupéry "la meilleure table gastronomique du Sud marocain", pas mal, surtout l'addition, bien plus salée que les plats !! La meilleure c'était quand même l'intervention de Jean-Pierre - qui n'est plus aux fourneaux - :
- Ah si j'avais vu que le plat de boeuf était si gras, Tortue, jamais il ne serait sorti de ma cuisine ! En compensation, je vous offre la bière !
Sauf que, pov Tortue dégoûtée, la bière, c'est moi qui l'avais bue ! lol
On arrête un taxi pour rentrer et quand on lui dit qu'on va à l'Ibis, il nous lance : ça ne vous dérange pas de marcher ? Heu ? ben nan... ah d'accord il nous dépose en bas de la rue de l'hôtel qui était fermée pour travaux, au lieu de faire le tour.

Dernier jour : à faire absolument, le sommet du kitsch mais splendide pour son efficacité entre 16h30 et 19h30 à cause du coucher de soleil, le Marrakech Bus Tour à 130Dh !! Eh oui c'est bête mais faire la parfaite touriste sur la plate-forme supérieure c'est ab-so-lu-ment génial. J'ai copiné avec le vieux chauffeur qui m'a expliqué le chômage et tous ces jeunes qu'on voit à longueur de journée dans les rues à déambuler sans rien faire (à part faux guides), le pouvoir d'achat des marocains qui s'est effondré depuis que les européens ont racheté la  plupart des riads et l'incapacité du gouvernement à réagir pour cadrer tous ces commerces devenus de vraies arnaques à touristes car il n'y a pas de politique tarifaire ni d'affichage des prix...

Quelques tuyaux : acheter les pâtisseries et cornes de gazelles près de la médina pour 120dh maxi le kg (enfin moi je les ai payées 140Dh et j'étais contente vu l'indicible difficulté à ne pas se faire avoir à Marrakech : on m'a proposé jusqu'à 250Dh le kg !). Un pouf en tissu vaut 60Dh, le toucher à moins de 100Dh relève du miracle, on vous le proposera de 150Dh à 250Dh. Un double mini-tajine pour présenter sel et poivre à table peut se négocier à 15Dh si on en prend plusieurs, un petit cendrier ou une mini-boite en fer blanc décorée à 25-35Dh. Une tunique femme standard avec broderie vaut 40Dh affiché sur un marché et non 150Dh !

Et si je peux me permettre : fuyez Marrakech, évitez Agadir qui apparemment ne présente aucun intérêt, achetez le Routard mais pas le Petit Futé, essayez même de trouver des vols pour arriver ou repartir d'autres villes, où il faut passer une semaine complète pour bien profiter, flâner, essayer les petits restos et pouvoir faire des excursions dans l'oued ou dans le Haut-Atlas moi si j'y retourne, c'est ce que je ferai ! Deux jours par lieu m'a permis simplement de faire du repérage !
Allez, bon voyage !

Voir les commentaires

La routine

C'est bizarre de ne rien faire qui rapporte de sa journée et de finir fatigué et content, entre faire les courses, biner un peu le jardin, payer une facture, me demander ce que je pourrais faire plus tard, renommer mes photos de vacances au Maroc, faire des gâteaux fondants aux poires, installer eMule  et nettoyer mon PC avec l'aide de Max, lire le coaching pour les nuls, regarder le dernier film d'Eric et Ramzy avec Louloup et faire l'arbitre entre les chiens et les chats qui s'engueulent ou aller à Nogaro voir les Trophées de Gascogne qu'ils écrivent "Historic" bizarrement (on est dans le Gers après tout on peut pas leur en vouloir). C'est bizarre de faire deux heure de bagnole à travers les champs de foie gras pour voir des gens qui viennent voir des gens tourner en rond les uns derrière les autres comme si le dernier les poursuivait avec un fusil. En voilà une activité dont l'intérêt m'est totalement étranger... d'ailleurs si quelqu'un veut m'expliquer, qu'il soit le bienvenu... Pourquoi tant de pollution du doux air ensoleillé du Gers avec pétarades, consommation d'essence inutile et huile répandue par terre alors qu'une seule goutte pollue 25 litres d'eau ?... J'ai même entendu : "Les circuits ont du mal à vivre"... Aaaaah ? Mais, pourquoi donc !
Bref, je préfère de loin sentir quelques effluves de bouse de vaches et entendre les canards caqueter... la campagne c'est le top pour se dorer la pilule avant d'aller rigoler un bon coup à la nuit du Printemps du Rire.

Voir les commentaires

Cyclope

Un nouveau venu dans la famille... 3 chiens et maintenant 3 chats, la parité est respectée ! Ils sont assez pour faire un short-handed quand on s'absente !
A grand renfort de Felifriend, ça ne se passe pas trop mal, bizarrement les chiens l'ont accueilli amicalement mais c'est Spy qui fait son Grand Mamamouchi en poussant des cris de la 4e Dimension. Hier, quand il l'a vu débarquer à la maison, il nous a glacé le sang ! Un son indescriptible, entre le feulement et le cri d'agonie.
Pas dormi de la nuit, "5 jours d'acclimatation" m'a dit l'assistante vétérinaire, tu m'étonnes, Kenny n'a pas arrêté de pousser un aboiement - toutes les 30 secondes - et Lolo a fini par se lever et lui foutre une dérouillée. C'était horrible, le chien hurlait et moi aussi, pour ne plus l'entendre et dire à Lolo d'arrêter. Puis comme Kenny n'arrêtait pas pour autant de répondre au chien du voisin, il a fallu que je descende le chercher pour l'enfermer dans la cuisine. Bien sûr, il continuait à aboyer toutes les minutes, vous savez, ce jappement régulier qui vous rend dingue quand vous n'arrivez pas à vous endormir, alors j'ai squatté dans le salon pour aller le réprimander à chaque cri. Il essayait d'attirer l'attention sur son malheur d'être seul sur le carrelage froid et vers 5h et quelques du matin, j'ai fini par lui mettre un tapis avec un os et de l'eau. Il m'a laissée dormir avec un somnifère jusqu'à 10h du matin.

A 11h, partis au rendez-vous avec l'architecte, visite de notre chantier (le gros oeuvre est presque fini !) puis achat de l'escalier (4 volées de marches) et des rambardes extérieures pour nos sublimes terrasses...
20h : Ciné... n'allez pas voir 10 000 sauf si vous avez 10 euros à perdre... mais bon, ça nous a permis de nous retrouver à 5 avec Fabounet, Guigui et Loïc pour faire un poker ce soir.
Cyclope.JPG

Voir les commentaires

Bye bye 2007

Y a des soirs comme ça, 2 freerolls => hop perdus (hier j'ai quand même réussi à me hisser non sans fierté à la 8e place sur 7182 joueurs) mais là, un magistral SnG (Sit & Go) où après un ou deux moves jugés "de calamar" qui m'ont fait prendre beaucoup de jetons car selon mon système de stats persos j'avais l'intuition d'avoir pas mal de potentiel avec ces mains-là, eh bien j'ai gagné (avec 7-4 dépareillés) intello.gif
Un ou deux joueurs dont le chipleader qui malheureusement pour lui avait une très mauvaise vue n'ont pas distingué que j'avais suffisamment aiguisé ma lecture pendant qu'ils se pavanaient dans le chat en faisant un tas de commentaires désobligeants et boum :) Pris en flag' avec des mains moyennes et Ollyne* qui les pousse négligemment au all in en faisant semblant de rien...
On pourrait appeler ça une déculottée pour mysogines hahaha

J'ai une sainte horreur de Noël et de "la période des fêtes" comme on dit et ça n'a pas loupé, la fin d'année s'est étirée sous le signe de l'angoisse et de la déprime. Une soirée sympa cependant, le dîner à la maison avec les potes pour fêter le 24 avec le foie gras made at home par Lolo (
le magret maison n'était pas encore mûr). Ensuite une fastueuse invitation chez Isa, la copine hot de Ben, une sirène fort sympathique. On n'est pas partis très tard, mais comme on m'a rendu mon blouson les poches vidées par mégarde, on a revu toute la clique le lendemain en milieu d'après-midi.
Rendez-vous : dans un resto chinois où ils avaient tous déjeuné. Je crevais de faim et étais aussi agréable que je sais l'être quand mon ventre grogne : je grogne autant, après m'être retenue autant que je peux. Là un de leurs gamins (7 ans ?) vient me voir et me lance : tu fais partie du restaurant ? Je me retiens de rétorquer un truc genre "et toi ça te fait quoi d'être adopté", après tout ce n'est qu'un enfant naïf, mais là... c'est le drame. Loïc a entendu et s'empresse de
répéter la vanne qui n'en était pas une en rigolant : "Hé ! vous avez entendu ce qu'il lui a dit ? hahaha"... Je pense qu'il est naturellement doté d'un organe ayant pour fonction de me faire dégoupiller, ce garçon. Je sors du resto furax, j'attendais mes clés et mon mobile et malgré le rendez-vous il ne les avait pas sur lui.
Je claque ma portière et les précède tous chez lui d'où Ben se rendra chez Isa en disant : je reviens de suite, je vais chercher mes bagages et le portable de Kika. Une heure après, aucun signe de vie, heureusement je ne suis pas la seule à m'impatienter (doux euphémisme), car la demi-douzaine de gais lurons qui  doit partir à Barcelone faire la fiesta, l'attend aussi.
"Un week-end sans les meufs", tu m'étonnes, vu ce pourquoi ils vont là-bas alors que ce sont des garçons qui ont tout pour eux, sauf peut-être la maturité ? la raison ? le bon sens ? ou pire mais je ne veux pas y penser, et dire que je censure ce qu'ils y font pour ne pas porter atteinte à leur réputation qui apparemment peut encore tromper quelqu'un...
Heureusement que mon Lolo n'est pas comme les autres et je le savais, c'est bien pour ça qu'il m'a fait craquer undefined
Ben m'a enfin rapporté mon téléphone, il a dû voir Isa de très près, vu le temps qu'il y a passé, et tout ce joli monde est parti et mon chéri n'a cessé de m'appeler pendant les 2 jours. On ne fait pas tellement ça, nous les filles, partir s'encanailler sans nos moitiés sous prétexte qu'elles sont trop sous-évoluées pour comprendre ou s'amuser. Ptêt qu'on n'en n'a pas besoin, on a trop la classe pour faire des tas de choses qu'ils font, comme cracher par terre ou pisser contre un mur, bref des choses qui ne nous viendraient même pas à l'idée. Ca m'a pas déplu de passer ces jours tranquille, à me reposer de toutes ces fiestas et en prévision du réveillon du 31. Mais j'ai bossé sur mon projet de création de société et c'était ni marrant ni reposant.

Ils sont revenus démontés, vomissant par la fenêtre en roulant vers leurs pénates où  bobonne pour ceux qui en ont allaient les câliner en les revoyant tout malades au bout de 3 longs jours. Ce qui les encouragera à recommencer leurs escapades mysogines sans vergogne puisqu'en la délaissant au milieu de ses corvées ménagères, ils la retrouvent super contente de les revoir et affectueuses malgré leur haleine de chacal mort alcoolisé. J'ai eu la chance moi, de voir débarquer mon chéri tout guilleret, plus heureux de me retrouver que d'avoir passé ces jours là-bas. Comme le soir, la paella géante prévue pour le réveillon était annulée (vengeance d'une bobonne ? ;o) et que se profilait une soirée-pâtes carbonara avec dodo à 21h pour ceux qui tenaient encore debout, nous avons renoncé à rejoindre tous ces mecs et sommes allés fêter la nouvelle année chez Fabounet, Cédrikou et Guigui.

Et c'était bien sympa. Même si j'étais malade et donc un peu KO. L'inconvénient c'est que ça ne se voit pas et un des gars qui était là refusait de me laisser tranquille. Mais bon, j'étais bien, là, glandouillant sur le canapé avec tous ces petits canaillous en train de danser et de tirer sur les boules du sapin avec un pistolet à balles en plastique. A minuit, j'ai attaqué la traditionnelle mitraille de SMS et comme ça ne passait pas, mon téléphone disait : "ré-essayer ?" et je disais oui toutes les 5 secondes. Ca m'a occupée pendant une heure. Le lendemain, Trasher me dit : cette nuit ça n'a pas arrêté de biper, j'avais pleiiin d'amis qui me souhaitaient une bonne année et ce matin, je me suis rendu compte que c'étais tous... toi ! Tu m'a envoyé tes voeux 16 fois !
Oups  oops.gif
Comme d'hab, Sam c'est moi et j'ai ramené mon Louloup à la maison.

Encore 10 jours d'angoisse mais apparemment l'autre a enfin compris le message et n'aurait pas repris contact sous le prétexte totalement légitime des voeux. L'inquiétude et la rage ont fini par me quitter et même si je me trompe j'aime autant ne pas savoir maintenant que je me sens soulagée. Mon incrédulité et mon scepticisme s'estompent et surtout ne pas les réveiller avec un démenti sur la situation assainie qui m'apporte tant d'espoir sur cette année 2008. Il y en a sûrement d'autres qui ont profité de l'occasion pour relancer un grappin mais je m'en fiche. En tout cas, je sais que je n'ai pas été facile à vivre durant toutes ces semaines et je m'en excuse, la peur n'a jamais rendu personne agréable...

Depuis ? eh bien beaucoup d'autres sujets de stress, la recherche et la négociation de devis pour la construction de la maison qui s'élève vite, la négociation de mes indemnités de départ (un succès, je suis contente), mais surtout ma recherche sur la société que je vais créer. Beaucoup de pistes infructueuses, des franchises affichant complet sur ma région, des sociétés qui s'avèrent boiteuses après des heures de fouille sur le web,  disposant de peu de moyens pour aller vérifier les bilans annuels, des demandes d'infos sans réponse, des déplacements à Montauban et à Biarritz qui n'ont rien donné. Enfin si, au moins ça m'a permis d'éliminer quelques idées.
Le plus dur a été de faire toutes ces démarches sans en parler avec qui que ce soit. A l'époque où j'étais séduite par l'idée de me former et d'ouvrir un salon de toilettage canin (après la crèche et le dépannage en plomberie), Lolo toujours pragmatique m'avait apostrophée durement. Tu dois prendre du recul, tu raisonnes de travers, tu pars dans tous les sens ! Evidemment, recevoir un projet de société canon livré dans son argenterie serait infiniment plus facile mais je n'ai pas cette chance. Je serais donc bien en peine de critiquer quelqu'un qui n'a jamais envisagé d'ouvrir une boîte et jamais eu besoin de se demander quelle activité exercer et qui se donne seulement 3 mois pour trouver. Seule dans un bled que je ne connais pas et loin de mon entourage alors que mon métier ne consiste qu'à travailler qu'en équipe et ne se vend pas en indépendant, j'ai pris un grand plaisir à me demander quel rêve je voulais réaliser puisque la vie m'en donnait l'opporunité. Mais entendre quelqu'un anéantir mes espoirs et me mettre en garde de creuser mes aspirations c'est terrible surtout quand on a envie de les partager...

J'avais l'impression d'avoir une chance folle, unique, de pouvoir m'asseoir et me dire : qu'as-tu envie de faire Kikounette ? tout ce que tu veux est à ta portée, formation éventuelle payée, aide financière pour la création, vas-y rêve et fonce !!! Il le faut, c'est maintenant ou jamais... Puis j'ai perdu pied, me plongeant dans le mutisme et une dépression sournoise car quand nous avons décidé de ne plus aborder le sujet de mes recherches pour éviter de reproduire une ignoble dispute, j'étais perdue, me demandant pourquoi je n'avais pas le droit d'être libre, d'être comme je suis, avec les envies qui me caractérisent et de posséder mes propres moteurs et passions. 
J'ai eu beaucoup de mal à remonter la pente. Autant dire que je ne l'ai pas remontée d'ailleurs. Je n'ai fait que descendre pour toucher le fond, jusqu'au crépuscule où j'ai chialé de tout mon corps dans ma voiture garée sur le parking d'un supermarché. Chacun avançait sur son propre projet et je ne parlais des miens à personne, n'en parlant déjà pas à mon propre compagnon... Chacun sa vie, chacun son chemin, mais où va-t-on me suis-je demandée. L'absurdité des chemins différents pour deux personnes qui veulent avancer ensemble. Alors j'ai ouvert la cocotte-minute à la première occasion.

Lui aussi avait très envie de savoir ce que je trafiquais dans mon coin, avec mes déplacements et le reste. J'avais cet avantage du mystère tandis que tout le monde sait très bien ce que lui va faire. Il a donc fini par céder à la curiosité et m'a tendu la perche salvatrice. Et du fond, j'ai commencé à remonter, prudemment, m'attendant à entendre sans envisager de le supporter (mais que ferais-je alors ?) ses questions déguisées qui ne sont que des introductions (démasquées) de critiques que je trouve non-constructives. Une bonne technique, ces questions qui n'en sont pas, sauf depuis que j'en ai découvert le mécanisme (ex: "t'as regardé le CA au bout d'une année ? parce que ça, c'est toujours comme ceci, alors ça finit par faire ça, et puis ceci, cela, blablabla ...alors c'est pas forcément le bon plan") tout ça en fait pour me brosser un tableau bien noir horriblement déprimant. Pire, il finit souvent naïvement par "...tu crois pas ?" probablement pour requérir mon adhésion à son raisonnement alors que je suis sur le point d'exploser de rage devant autant de pessimisme et que sa seule technique oratoire me donne envie de hurler car c'est lui qui me donne son avis pendant une heure alors que c'est moi qui étais censée l'enthousiasmer par mes idées.
Et que je n'ai besoin que d'encouragements et de confiance dans cette situation qui m'est déjà extrêmement pénible. Je me place en général la barre assez haut seule et ma prudence naturelle me fait vérifier scrupuleusement chaque point avant de me lancer dans des aventures rarement hasardeuses. De fait, j'ai assez mauvais caractère quand on essaie de me materner.

Fragilisée à l'extrême, me répétant en boucle que tout ce que je fais, toutes mes idées, sont apparemment merdiques, je n'avais plus la force ni de rester dans ce silence ni d'affronter de nouvelles critiques. C'est pourquoi je me suis lancée, quitte à courir vers un nouveau clash encore pire que le premier. Le pauvre n'a pas pipé mot de crainte de lâcher une bourde qui allait encore me démoraliser. J'ai raconté mes dernières trouvailles, les fleurs et l'immobilier. Et j'ai apprécié son absence d'avis infiniment moins nocif qu'une opinion qui aurait pu être mal interprétée... merci.

Aujourd'hui je suis sur ces deux pistes qui m'intéressent énormément, signe de meilleure santé mentale aussi car pendant longtemps rien ne me faisait envie, le moralomètre à zéro. Et si ça se trouve, je vais même lui donner des parts dans ma société, je n'ose pas le lui proposer franchement, ça me ferait tellement plaisir mais j'ai encore un peu de mal à imaginer qu'on puisse discuter avec enthousiasme de mes projets professionnels. La confiance reviendra avec le temps, elle est déjà enclenchée sur les bons rails :)
En tout cas, ce 18 janvier, fêter nos deux ans devant un canard laqué pékinois et avec un ma-gni-fi-que bouquet de roses a été un événement extatique et je sais que nous allons encore passer un sacré bout de temps à nous faire des étincelles avec nos caractères bien trempés wink.gif


  *mon pseudo online

Voir les commentaires

Youhou !

Ce soir, un miracle :

au Freeroll 100$ Français de Full Tilt, voici mon meilleur score ...
Chipleader d'une partie online de 1162 joueurs !!
Bon, j'ai fini 20e, ITM... sur un coup horrible :
blindes 1500/3000 ante 400
AQh servis, je relance 4 BB pré-flop en middle position
tous foldent sauf un qui allonge les 12 000 jetons
flop : Image4.pngImage5.pngImage6.png
top paire top kicker, je mise à hauteur du pot
re-raise à tapis du 2e gros stack

comme une naïve, je call
et ne trouve pas mon As contre les Kings...

Image7.png

pas mal non pour une kikounette

Voir les commentaires

Ca s'arrêtera quand...

logos.pngClub Internet racheté par Neuf Cegetel racheté par SFR...

 

Petit rappel historique

 

Neuf Cegetel est né en 2005 suite à la fusion de Neuf Telecom et de Cegetel. Jacques Veyrat en devient le président et Michel Paulin le directeur général. SFR détient déjà 40,5% du capital du groupe. Neuf a procédé à plusieurs rachats consécutifs, dont AOL France, LDCollectivités, Médiafibre, Ozone, Erenis… Puis cet été, Neuf a racheté l’opérateur Club Internet. (L’informaticien.com, Emilien Mercolani)

 

C'est fait ! SFR va détenir 70% de Neuf Cegetel.

Neuf Cegetel fera bientôt partie intégrante du périmètre de Vivendi. L'opération va ainsi créer un concurrent de taille pour Orange. Et l'affaire a été plutôt vite conclue. Vivendi a annoncé ce matin un projet d'accord pour le rachat par sa filiale SFR des 29,5% que le groupe Louis Dreyfus détient dans Neuf Cegetel. Vivendi déboursera 34,5 euros par action et précise qu'il fera une OPA sur le flottant à 36,5 euros par action. SFR, détenu à 56% par Vivendi et à 44% par Vodafone, compte déjà 40,5% de Neuf Cegetel. Vivendi lèvera entre 1 et 2 milliards d'euros auprès de ses actionnaires pour effectuer ce rachat. L'action Neuf Cegetel, suspendue depuis deux jours, est désormais en baisse, de 2.89% à 35.68 euros. (le Figaro)

 

La pression est également mise sur Bouygues Telecom qui a racheté le réseau ADSL de Club Internet à Neuf et qui va devoir déployer une offre commerciale. Si donc, pour le moment, le jeu semble figer c’est l’attribution de la 4ème licence qui débloquer la partie. Si Free obtient cette licence, il lui faudra trouver un partenaire industriel et financier pour déployer le réseau (pourquoi pas Telecom Italia qui apporterait Alice ou Deutsche Telekom qui reviendrait en France ?). Bolloré pourrait également être tenté. Si au contraire Free n’obtient pas la licence, un rapprochement déjà étudier mais repoussé avec Bouygues Telecom redeviendrait possible. (tech.youvox.fr, Christian Jegourel)


Bon et moi dans mon petit bureau... je bosse pour qui alors...?

Voir les commentaires

Cool mood



"Je suis de bonne bonne bonne bonne humeur ce matin, y a des matins comme ça..."
Bon, en même temps je me suis pointée au boulot à midi
alors...
Quoi de bon aujourd'hui ? quasiment 100 potes sur Facebook... lol

Voir les commentaires

La Stack Academy

Merci Zboo pour cette géniale création, on est morts de rire !!!!

www.youtube.com/watch

Voir les commentaires

Retrouvailles


edmond-marro.jpg
Elle était ma meilleure amie comme l'est une amie quand on a 11 et 12 ans, sous les tropiques bétonnés, dans une petite école d'une centaine d'élèves cernée de lauriers roses... On a fait tout ce que font les gamines de cet âge, porter le polo Lacoste rouge et jeans les mêmes jours, tomber amoureuses du fils de la prof d'allemand et nous faire griller à force de le suivre partout, faire le mur à la récré et ramener en classe un bébé chat plein de puces, décorer nos trousses d'autocollants roses et passer nos heures de CM2 à fabriquer des confettis au fond de la classe...

Avant de la connaître, j'étais paresseusement le chouchou des profs et elle m'a piqué ma place avec encore moins de difficulté que je n'en mettais à être première de la classe. Ca m'a intriguée, j'avais enfin quelque chose à apprendre à l'école : comment récupérer le trône sur lequel je m'ennuyais agréablement après avoir sauté 2 classes ?
Je n'avais plus l'habitude de faire des efforts et elle continua à être la première tandis que je restai imperméable aux premiers cours d'informatique du début des années 80 et que je signais de fausses dispenses pour sécher la gym et la piscine pendant 1 an.
Et un jour, ce fut le drame...
Mon prof de gym prenait l'apéro chez maman et lui demande : "Sophie pourquoi tu ne laisses pas ta fille faire un peu de sport ? ce serait bon, pour son asthme...
Ma mère interloquée : "Heu... Quoi ? Comment ça ?
Mon costume de petite fille sage et exemplaire se désintégra. J'accourus pour la punition mais sans que j'aie pu en placer une, il me félicitèrent pour mon talent à imiter l'écriture soignée et la signature impossible de ma mère puis versèrent quelques gouttes de Pastis dans mon verre d'eau pour fêter ça. C'est d'ailleurs mon prof de gym que vous voyez en photo...  

Ca, c'est la vie des babas à l'époque des Kash vs INXS... et on continuait à bien rigoler avec Vanina. On sautait à l'élastique, on mangeait des trucs thaïlandais bizarres à la récré et on ne se mêlait pas trop aux autres sauf pour faire des bêtises. Je me souviens même avoir inventé un clan d'amis, avec 2 garçons, appelé les 4 as. Elle était forcément l'As de coeur, mignonne et adorable comme elle était, tout ce que je me sentais incapable de devenir. Moi j'étais l'As de Pique, déjà un emblème guerrier pour
le garçon manqué que j'étais, ma mère avait renoncé à me mettre des robes (crise de nerfs assurée) et laissait les gens m'appeler fiston.

J'ai quitté le pays, on s'est écrit quelques temps comme le font tous les gamins, j'ai fini par perdre ma Vanina et par gagner en féminité... Chaque année, le jour de son anniversaire j'ai pensé à elle, je l'ai cherchée pour lui annoncer à 22 ans que j'allais me marier. Je l'ai cherchée encore à 22 ans pour lui annoncer que finalement j'avais plaqué le fiancé à quelques jours du mariage, elle n'aurait pas été étonnée de mon excentricité.
Mais je ne l'ai trouvée qu'hier soir, soit 10 ans plus tard, finalement je ne suis toujours pas mariée mais elle si, ça ne m'étonne pas, elle était déjà tellement mignonne et adorable et moi toujours rebelle, on n'a peut-être pas tant changé que ça...
Elle a répondu très vite à mon message mais je n'ai pas voulu le lire avant d'aller me coucher, je l'ai juste ouvert et laissé sur mon écran pour le lire à mon réveil, je suis plutôt du matin et ça faisait durer le plaisir :)
Je suis si heureuse de t'avoir retrouvée, exactement vingt ans après t'avoir quittée, il y a des liens inexplicablement qui paraissent si intimes qu'à travers le temps rien ne semble pouvoir les altérer... See you girl !

Voir les commentaires

Ma vie est foutue


La bonne nouvelle :  une place de parking en pleine semaine en plein centre-ville piéton à côté du salon avec les coiffeuses les plus sympathiques et compétentes que j'ai jamais connues.  Mon rêve se réalise : une superbe coupe jeune et dynamique, une couleur identique à ma couleur naturelle avec un subtil renforcement de la chaleur d'un marron d'automne tout à fait de circonstance, et des pointes d'un rouge vif pétant qui me ressemble. On dirait qu'on m'a trempé les pointes dans un seau écarlate. Ce n'est pas commun et je raffole de l'idée de ne plus avoir que MES codes à appliquer en mettant joyeusement à la poubelle le salariat grâce à mon licenciement. Je serai la patronne de PME aux coiffures les plus déjantées !!!

La mauvaise nouvelle : avant tout ce traitement qui, en plus, va me coûter la moitié de ce qu'on m'aurait facturé ailleurs, je farfouille dans mon exubérante chevelure pour montrer négligemment mes racines à la coiffeuse. Et là, je découvre avec stupeur immense un cheveu extra-terrestre. Aussi livide que lui, je me tords le cou pour l'examiner de plus près dans la glace et oubliant tout savoir-vivre, je gémis "c'est un CHEVEU BLANC, CA ???" La jolie demoiselle se penche et me confirme : "oui il y en a plusieurs"
- PLUSIEURS ???
surprised
Je m'effondre en larmes, ma vie est foutue, je suis DEJA vieille ??! C'est une catastrophe interplanétaire, comment vais-je surmonter cette nouvelle ressemblance avec ma mère ?
Mon silence tétanisé suffit à la gentille jeune femme pour qu'elle s'occupe de ces longs poils traîtres sans en rajouter. Je gobe les cafés et les petits chocolats qu'elle m'offre avec, il paraît que le chocolat est le meilleur remède contre la déprime.
Bouleversée, j'arrête de pleurer au brushing. La coiffure est resplendissante, je n'ai pas le droit d'afficher une gueule de déterrée avec. Je rentre vite, vite il me faut un câlin c'est trop injuste j'avais 20 ans hier je ne mérite pas ça et depuis quand ces crétins de cheveux ont-ils perdu leur couleur ? avec quelle excuse ?? ouf tu m'aimes quand même et tu m'aimeras toujours ? ...Bon... je vais pouvoir supporter l'horrible vérité de ma déchéance capillaire.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>